Visite de Monsieur l’Ambassadeur à Phuket

L’Ambassadeur de France s’est rendu à Phuket pour la première fois depuis sa prise de fonctions. Il était accompagné de M. Opritesco, Conseiller de Coopération et d’action culturelle, de M. Blondel, Consul de France, et de son épouse Mme Viteau.

Avec près de neuf cents Français inscrits sur les listes consulaires (mais certainement plus du double y résident réellement), sans oublier le nombre très important de nos compatriotes se rendant sur l’île chaque année en touristes, la Province de Phuket occupe une place privilégiée pour ce qui est de notre présence en Thaïlande.

Au cours de son séjour, M. Viteau a été reçu par M. Maitri Inthusut, Gouverneur de la province, avec lequel ont été évoqués plusieurs sujets d’intérêt commun : jumelage entre Phuket et Nice, développement de l’enseignement du français dans cette province très touristique, projet d’école pour les enfants de la communauté française, activités économiques (French Fair) et culturelles (la Fête, festival du film français), etc.

L’Ambassadeur a également rendu visite au Général Choti, qui commande la police de l’île et avec lequel les questions de sécurité (notamment des résidents français et des quelque 200 000 compatriotes passant à Phuket quelques jours de villégiature chaque année) ont été abordées.

L’après midi et la soirée ont été consacrés à la communauté française avec une rencontre à l’Alliance Française avec des parents qui souhaitent la création d’une école à enseignement français sur l’île. L’Ambassadeur a été également invité à visiter une distillerie de rhum créée voici quelques mois par un couple de jeunes compatriotes, exemple du dynamisme de notre communauté d’affaires de Phuket. La journée s’est terminée par une réception offerte par l’Ambassadeur à une partie de la communauté française et au cours de laquelle il a présenté M. Claude de Crissey comme nouveau consul honoraire.

Le lendemain l’Ambassadeur et ses collaborateurs se sont rendus dans la région de Krabi pour visiter une école thaïlandaise gérée par l’association « NAT », ONG française créée après le tsunami du 26 décembre 2004.

publié le 07/03/2013

haut de la page